Covid-19 en France: le gouvernement dévoile la levée progressive des restrictions

Boolumbal Boolumbal

Le Premier ministre français Jean Castex a détaillé ce jeudi 22 avril lors d'une conférence de presse le calendrier de l'assouplissement progressif des mesures prises pour lutter contre la pandémie de Covid-19.

« Le pic de la troisième vague de l'épidémie semble derrière nous », a déclaré Jean Castex. « Mais nous devons rester vigilants ». Trois semaines après l'instauration sur l'ensemble du territoire national d'un troisième confinement qui ne dit pas son nom, l'exécutif a dévoilé ce jeudi la levée progressive des restrictions.

Elle concernera tout d'abord les établissements scolaires. Crèches, écoles maternelles et élémentaires feront leur rentrée comme prévu dès le lundi 26 avril. Les collégiens et lycéens devront quant à eux attendre une semaine de plus.

Cette rentrée se fera cependant avec un « protocole très strict » et un « renforcement massif des tests », avec le déploiement de tests salivaires dans les écoles élémentaires la semaine prochaine et d'autotests dans les lycées. Soixante-quatre millions de tests ont ainsi été commandés pour les personnels de l'éducation nationale puis les lycéens, a précisé Jean Castex. Le ministre de l'Éducation nationale a par ailleurs indiqué que dès qu'un élève sera déclaré positif au Covid-19, sa classe fermera.

C'est aussi à partir du 3 mai que les contraintes encadrant les déplacements en journée, actuellement limités à 10 km autour du domicile, seront levées. Le couvre-feu, en vigueur de 19h à 6h du matin, est cependant maintenu jusqu'à nouvel ordre. « Nous verrons à la mi-mai, étape suivante, où en sera la situation épidémique », s'est contenté d'indiquer Jean Castex.


Selon la situation, un nouveau train de réouverture pourrait également avoir lieu autour de la mi-mai. Cela pourrait commencer par les commerces, certaines activités culturelles et sportives et les terrasses. Mais ces réouvertures de lieux dont la liste n'est « pas définitivement fixée » se feraient sous certaines « conditions », qui pourraient être « territorialisées », a indiqué le Premier ministre, promettant des « précisions dans les prochains jours ». Les grandes fédérations du commerce et quelque 150 patrons, franchisés et affiliés de réseaux d'enseignes, qui ont appelé ce jeudi dans Le Parisien à « une réouverture impérative de tous les commerces au plus tard le 10 mai » devront donc encore devoir prendre leur mal en patience.

Contrôles renforcés aux frontières

Ces allègements annoncés s'accompagnent d'un renforcement des contrôles aux frontières. Pour empêcher l'arrivée de variants sur le territoire français, le chef du gouvernement a annoncé la mise en place à partir de ce vendredi « d'un système de contrôle renforcé pour les personnes arrivant du Brésil, d'Argentine, du Chili, d'Afrique du Sud et d'Inde ». À leur arrivée en France, tous les passagers en provenance de ces pays feront l'objet d'une mise en quarantaine de 10 jours, « quel que soit le résultat de leur test », a précisé le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin.

Avant leur embarquement, les passagers devront déclarer à la compagnie aérienne leur lieu de quarantaine en France et fournir un justificatif attestant son existence. Si ces justificatifs ne sont pas probants, la compagnie aérienne pourra leur interdire d'embarquer. Un nouveau contrôle sera mis en place à l'arrivée.

Cette mesure remplace l'engagement à respecter un isolement de sept jours que doivent prendre aujourd'hui les voyageurs arrivant en France. Ceux-ci devront justifier à leur arrivée d'un test PCR de moins de 36 heures et seront « systématiquement » testés à nouveau par un test antigénique, a ajouté Gérald Darmanin.

Lors de cette même conférence de presse, le ministre de la Santé Olivier Véran a par ailleurs indiqué que les Français de plus de 55 ans pourront, « à compter de ce samedi », être vaccinés contre le Covid-19 avec le vaccin de Johnson & Johnson, le quatrième disponible sur le territoire. Le déploiement de ce vaccin avait été suspendu après l'apparition de cas de thromboses. La France a reçu une première livraison de 200 000 doses de ce vaccin à la fin de la semaine dernière, mais elle attendait les conclusions de l'Agence européenne des médicaments (EMA), qui a estimé mercredi qu'il bénéficiait d'un rapport bénéfices/risques favorable, malgré un risque « très rare » de caillots sanguins. Les autorités misent sur l'accélération de la campagne de vaccination. Plus de 13 millions de Français – sur 67 millions – avaient reçu au moins une dose mercredi soir.

Source: https://www.rfi.fr


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :