Mauritanie : L'Unité nationale minée

Boolumbal Boolumbal

L'exacerbation des nos contactions internes pourrait conduire notre pays vers l’abîme Qu'Allah nous en garde.

L'unité nationale doit être la préoccupation numéro un du nouveau pouvoir issu de la dernière élection présidentielle contestée . Il évident, aujourd'hui, que tous ces débats autour de "l’arabité" ou non de la Mauritanie prennent leur source dans ce mal vivre ensemble, ce problème de cohabitation minée des décennies durant et particulièrement cette dernière, par les pouvoirs successifs.

L'Arabe était écrite et parlée dans cette partie du monde avant qu' elle ne soit dénommée Mauritanie.

Qui peut donc sérieusement contester que l'arabe est une de nos langues nationales et qu' elle mérite son statut de langue officielle ? Qui peut contester que le dialecte hassaniya qui est parlé par la majorité des mauritaniens est le plus proche de l'arabe que la plupart de ceux des autres pays qui se réclament pourtant arabes. La contestation d'un saoudien de l'appartenance de la Mauritanie à la ligue arabe est un point de vue marginal- les saoudiens eux-mêmes ne sont pas tous d'origine arabe.

Ce qui est par contre inadmissible et qui suscite ces débats c'est le refus de reconnaître le caractère multiculturel, la diversité de notre pays dans les faits.

Ce sont les discriminations quotidiennes que le système affairiste fait subir aux autres communautés, aux autres composantes nationales.

C'est surtout le refus de l'introduction des autres langues nationales - poular ou peuhl , soninke et wolof dans l’éducation nationale et leur généralisation à tous les niveaux et leur officialisation au même titre que l'arabe.

Si le président Mohamed Ould Ghazouni a la volonté de créer un climat apaisé dans l'intérêt de tous le mauritaniens, le sentier de l'unité nationale et le premier. En tout cas les semaines et mois à venir seront déterminants.

Maréga Baba/France.


Source : Marega Baba


Commentaires (0)
Nouveau commentaire :